Le "Sable pourpre" en bonne compagnie lors des journées de l'Université d'été d'EELV (Europe Ecologie Les Verts) à Toulouse en 2019 sur le stand de la FLAC (Fédération des Luttes pour l'Abolition des Corridas)

Le sable pourpre

Après avoir quitté son emploi auprès des services secrets du Vatican, Eusébio a été admis dans les rangs de la Fondation, laquelle s'investit sans compter pour lutter contre la maltraitance faite aux animaux dans le monde.

Sa première mission sera de faire abolir la corrida en Europe, soit dans le Midi de la France et dans la péninsule ibérique, tout en se faisant le plus discret possible et en ne mettant pas la Fondation en danger. Mais cette façon de procéder n'est pas vraiment inscrite dans les gènes d'Eusébio qui va plutôt s'engager dans ce combat avec ses propres armes, pas toujours en conformité avec le code pénal.

Avec la complicité de quelques amis sûrs et aussi d'un membre du gouvernement français qui lui sera d'un grand secours pour faire avancer le dossier sur le plan politique, il s'attaquera à une tâche bien plus ardue qu'elle n'y paraissait au début. Parviendra-t-il à mener cette mission à terme ?

 

Le sable pourpre - Editions Le Lys Bleu, Paris, 2019

https://www.lysbleueditions.com/produit/le-sable-pourpre/

Chronique de Lyane A Chroniqueuse

Le sable pourpre Jean-Luc Laurent ISBN 9782378779344 Éditeur : LE LYS BLEU EDITIONS (Mars 2019)

L’auteur : Né en 1949 en Suisse où il réside, Jean-Luc Laurent, après une formation commerciale, entre au service de la police de sûreté vaudoise où il œuvre pendant une dizaine d'années comme inspecteur. Il exerce ensuite diverses professions avant de terminer sa carrière professionnelle comme inspecteur à la police cantonale vaudoise du commerce. Retraité depuis 2014, père et grand-père, il passe depuis son temps entre la garde de ses quatre plus jeunes petits-enfants, l'écriture, la lecture et les balades.

Résumé : Après avoir quitté son emploi auprès des services secrets du Vatican, Eusébio a été admis dans les rangs de la Fondation, laquelle s'investit sans compter pour lutter contre la maltraitance faite aux animaux dans le monde. Sa première mission sera de faire abolir la corrida en Europe, tout en se faisant le plus discret possible et en ne mettant pas la Fondation en danger. Mais cette façon de procéder n'est pas vraiment inscrite dans les gènes d'Eusébio qui va plutôt s'engager dans ce combat avec ses propres armes, pas toujours en conformité avec le code pénal. Avec la complicité de quelques amis sûrs et aussi d'un membre du gouvernement français qui lui sera d'un grand secours pour faire avancer le dossier sur le plan politique, il s'attaquera à une tâche plus ardue qu'elle n'y paraissait au début. Parviendra-t-il à mener cette mission à terme ?

Extrait : — Tu vois, c’est maintenant au tour des trois matadors, toujours classés par ordre d’ancienneté. À gauche dans le sens de la marche vient le plus ancien, à droite le deuxième d’ancienneté et au milieu, le plus récent. Si un matador se présente pour la première fois dans la « plaza », il doit avancer « tête nue, sinon, il est coiffé du chapeau traditionnel qu’on appelle la montera, comme les deux autres. Suivent après les péones, qu’on appelle aussi les banderilleros et qui sont les assistants des matadors. Ils sont également classés par ordre d’ancienneté, puis c’est au tour des picadors. Et José continuait son récit, apportant moult détails sur les rôles de chacun des acteurs qui allaient par la suite se produire dans l’arène.

Citations : Il n’arrivait pas à comprendre que des hommes prennent tellement de plaisir à voir souffrir des animaux. Ce qui se passe est tellement cruel et honteux qu’il est impossible de laisser faire ça sans réagir.

Note : Fond 4.75/5 – Forme 4/5

Avis : Partial

Je remercie très sincèrement Jean-Luc Laurent qui a souhaité que j’assure un SP pour « Le sable pourpre ». Je trouve la couverture magnifique ; elle rend justice à toute la noblesse de l’animal de combat. Je me suis ensuite intéressée au livre de 394 pages dont la quatrième de couverture avait piqué ma curiosité. Comment Jean-Luc Laurent allait-il m’accompagner dans la découverte d’un sport ? d’un art ? d’une culture ? d’un « tout à la fois » qui suscite les passions ? Deux jours après, je suis conquise. Je le suis par la richesse des développements autour des actions menées, par la culture mise au service des pays dans lesquels il nous fait évoluer (Espagne, France, Italie, Suisse), par l’humour émaillant la relation de couple d’Eusébio et Céline et par la patte critique égratignant quelques institutions. En revanche, la description détaillée des destructions de bâtiments et de la propriété d’autrui me laisse perplexe. C’est un roman à charge, il ne faut pas le cacher mais ce sont aussi des éléments d’informations non partisans dans les descriptions architecturales des arènes, des pourquoi étayés pour engendrer la réflexion et surtout un rythme effréné pour suivre Eusébio et ses acolytes tous mis en scène pour défendre une cause quand les aficionados défendent une culture. Le lecteur sera seul juge pour savoir si on joue sur des mots ou sur des réalités. En tout cas, la plume de l’auteur lançant à la volée quelques expressions suisses bien de chez lui et mariant culture, passions et vie dans le quotidien d’une relation de couple est savoureuse et ne peut qu’être conseillée. Je ne vous parlerai pas du dénouement…

Lyane A. Chroniqueuse Bonjour, je m’appelle Lyane A. et j’ai choisi de m’adonner à ma passion de la lecture faute d’avoir le courage d’oser l’écriture. J’ai enfin trouvé le temps où le temps a du temps, alors je vis chaque jour au contact des livres. Je suis membre d’un comité de lecture dans une maison d’édition, je vérifie les romans de certains auteurs amis et même de certains plus connus, j’anime un réseau d’échanges de livres et je suis toujours prête pour me blottir dans un fauteuil ou un hamac afin d’entrer en communion avec un auteur. Libre de tout, ma nouvelle et dernière envie était de chroniquer, de dire « oui j’aime » ou « non, je n’ai pas été séduite ». L’occasion m’en a été donnée et c’est donc avec plaisir que je vais vous découvrir et vous lire au gré des envois des services presse. Je suis très éclectique dans mes choix mais les livres historiques ou politiques, les autobiographies, les récits-témoignages, la new-romance, la littérature feel-good ou de développement personnel, les romans de terroir ont ma préférence. J’espère amis lecteurs savoir vous donner envie, et vous amis auteurs savoir défendre votre œuvre pour la faire connaître au plus grand nombre.